Annonce de “Légumes en Ville” dans la Tribune de Genève

Aubergines, poivrons et cardons pousseront en Vieille-Ville

L’initiative «Légumes en ville», lancée par l’Union maraîchère de Genève, vise à informer la population sur les enjeux de l’agriculture de proximité.

Théo Allegrezza. Publié le 20.4.2021 à 07h30

Les Genevois verront bientôt des légumes pousser à la promenade de l’Observatoire.

Les Genevois verront bientôt des légumes pousser à la promenade de l’Observatoire.

Jusqu’à la fin des années 60, le bastion Saint-Antoine hébergea l’Observatoire de Genève. Niché sur les hauts de la Vieille-Ville, le site – renommé promenade de l’Observatoire depuis – accueillera pour les six prochains mois «un espace didactique» visant à faire connaître le travail de l’Union maraîchère de Genève (UMG). Ce sont ainsi des salades, des poivrons, des aubergines blanches, différents types de tomates et même des cardons qui vont pousser sous la façade imposante du Musée d’art et d’histoire.

Objectif: sensibiliser la population aux enjeux de l’agriculture de proximité. «Nous voulons montrer aux gens ce qu’ils n’ont pas l’habitude de voir», résume Jérémy Blondin, agriculteur à Perly et président du comité de «Légumes en ville». Des panneaux donneront des informations sur les légumes et la façon de les cultiver. Un membre de l’UMG sera là pour renseigner les curieux. L’initiative éclôt l’année où Genève a été désignée «Ville du goût». Elle se fait en partenariat avec l’Opage (Office de promotion des produits agricoles de Genève) et la Ville de Genève.

Tordre le cou aux idées reçues

Deux de ses magistrats étaient justement présents lundi après-midi pour le «premier coup de pelle». Marie Barbey-Chappuis et Alfonso Gomez ont glissé dans la terre des plantons de salade. «Pas trop profond, remuez bien la terre et ne recouvrez pas les feuilles», leur recommande Jérémy Blondin. Sur cet espace en «pleine terre», les premières récoltes sont attendues dans six semaines déjà. «Nous ne sommes pas là pour faire semblant. Nous travaillons de la même façon qu’à la campagne, mais sur une surface réduite», poursuit l’agriculteur.

Un peu plus haut sur la butte, une serre est en cours d’installation. Une vingtaine de variétés de légumes y sera cultivée en «hors-sol». L’occasion de tordre le cou à certaines idées reçues. «Ces légumes ne sont pas hors du sol. Ils poussent sur un substrat constitué de fibres de coco. Ils sont nourris par des éléments minéraux, comme de l’azote, du phosphore et du potassium notamment. Ce sont des éléments totalement naturels», explique Xavier Patry, directeur de l’UMG et vice-président de l’Opage.

Contrairement à la «pleine terre», où il faut replanter après chaque récolte, c’est la même plante que l’on exploite durant toute la saison en «hors-sol». Dans la serre, environ 100 kilogrammes de légumes seront récoltés chaque semaine. L’ensemble de cette production urbaine sera destiné à la banque alimentaire genevoise Partage, qui fournit notamment les Colis du cœur.

https://www.tdg.ch/aubergines-poivrons-et-cardons-pousseront-en-vieille-ville-425735840048